Finance personnelle

Nouvelle année, nouvelles cotisations!

Par 16/01/2021No Comments

Photo : @pinterest

 « Dis-moi…j’ai un montant d’argent qui dort dans mon compte bancaire, devrais-je le contribuer à mon compte REER ou plutôt à mon compte CELI? » 

Si j’avais un TOP 10 des questions qui reviennent le plus souvent au sein de ma clientèle, cette question obtiendrait définitivement la médaille d’or! 

Bien qu’il n’existe pas de réponse unique à cette question, voici un guide ultra simple qui, je l’espère, vous orientera dans votre décision!  

Question #1 : À combien s’élèvent vos droits de cotisation REER et CELI? 

Avant d’entamer votre réflexion, je vous suggère de prendre connaissance de vos droits de cotisation REER et CELI. 

Comment faire? C’est bien simple. 

Référez-vous à votre Avis de cotisation. Ce document vous est remis par l’Agence du revenu du Canada annuellement, à la suite de l’envoi de votre déclaration de revenus. Si, par malheur, vous n’arriviez pas à retrouver ce document, inscrivez-vous à Mon Dossier afin d’obtenir le tout électroniquement. 

En bref, contrairement au CELI, vos droits de cotisation REER sont déterminés en fonction de votre revenu. Ce droit correspond à 18% de votre revenu gagné l’année précédente ou du plafond annuel en vigueur pour l’année en cours, soit 27 230$ pour 2020 et 27 830$ pour 2021. Si vous ne contribuez pas à votre REER au cours d’une année, vos droits seront cumulés et reportés à plus tard. 

Depuis sa création en 2009, le CELI permet à tout épargnant âgé d’au moins 18 ans de contribuer à la hauteur du plafond permis. Le plafond annuel pour 2021 est de 6000$, ce qui fixe le plafond cumulatif depuis 2009 à 75 500$. Il est important de noter que tout retrait peut influer sur ces droits. 

*Poursuivons l’exercice en considérant que vous détenez les droits nécessaires autant pour le REER que pour le CELI. 

Question #2 : Quand prévoyez-vous utiliser cette épargne?

Il sera primordial de déterminer l’horizon de placement de votre somme selon ce que vous souhaitez accomplir avec cette épargne.  

L’horizon de placement correspond aux nombres d’années durant lesquelles vous comptez investir vos sous, avant de les retirer.  

Si vos projets sont orientés à court ou moyen terme, je pense à un voyage, l’achat d’une nouvelle voiture ou encore des rénovations, j’aurais tendance à vous orienter vers une contribution à votre CELI. 

Pourquoi? Puisque le CELI permet de faire des retraits quand bon vous semble et ce, sans aucun impact fiscal. 

Si vos projets sont à plus long terme, possiblement en lien avec votre futur mode de vie à la retraite, j’aurais tendance à vous suggérer une cotisation à votre REER.

Pourquoi? Bien que les retraits du REER sont possibles, ils sont fortement déconseillés dû aux importantes retenues d’impôts sur les retraits. 

*À noter qu’il existe 2 situations de retraits du REER n’occasionnant aucune pénalité fiscale. Le Régime d’accession à la propriété (RAP) permet de retirer des fonds pour l’achat d’une première propriété. Le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) permet un retrait pour financer votre retour aux études ou celles de votre conjoint. 

Question #3 : Quel est votre taux marginal d’imposition?

Qui dit REER, dit économies d’impôts! En d’autres mots, en injectant un montant d’argent à votre REER, vous pourrez bénéficier d’un retour d’impôts lors de votre déclaration de revenus. Intéressant… n’est-ce pas? 

Cela étant dit, ces économies d’impôts dépendent principalement de votre taux marginal d’imposition fixé par votre niveau de revenu. Plus votre taux marginal d’impôt est élevé, plus les économies seront élevées. Voici une calculatrice d’économies d’impôts! 

En bref, il est donc logique d’affirmer que plus vos revenus augmenteront, plus le REER deviendra une option avantageuse pour vous.

Je conseillerais donc à un jeune professionnel dont le salaire est en démarrage de prioriser le CELI pour ses premières années de carrière. Il pourra ainsi cumuler ses droits REER au fil des années afin de bénéficier des économies d’impôts au moment où ses revenus auront augmenté significativement. 

Au final, vous comprendrez qu’il n’existe pas de réponse magique à la question REER ou CELI. Tout dépend de votre horizon de placement, de vos objectifs, et de votre revenu. Rappelez-vous que le plus important est tout simplement… d’épargner! 😉

Marie xxx

Prochain article