Bien-Être

Je m’aime, je ne m’aime pas (Part 1)

Par 20/10/2020No Comments

Si chaque fois que tu croises ta réflexion dans le miroir tu remarques ce qui a à modifier, ce qui ne te plaît pas, ce que tu veux qui soit autrement : quelle sorte de message est-ce que tu envoies à ton être? Si, à répétition, plusieurs fois par jour, tu te regardes avec l’intention de changer quelque chose de ton apparence physique, ton corps commence à vraiment croire qu’il est inadéquat, qu’il n’a pas de valeur, et qu’il faut le changer, un peu ou beaucoup.

Imagine-toi… Voyons-ça comme ça : si une petite fille de 5 ans se lève tous les jours avec sa maman qui la regarde en lui disant : “ton nez n’est pas attirant, ton ventre est trop gros, et tes jambes sont courtes et ceci n’est pas beau. Même si tu essaies de changer, ça ne fonctionneras pas. Tu ne seras pas capable, car je n’arriverai pas à t’aimer comme tu es de toute façon.”

Choquant d’imaginer ça non? 

Étant donné que tu es maintenant adulte, ces paroles, tu te les envoies à toi-même, en le croyant autant que cet enfant de 5 ans qui voit et écoute sa mère être déçue d’elle.

Chaque fois que des paroles de la sorte te passent par la tête, tu les rends complètement vraies. Ces pensées deviennent ta réalité. Quoique les gens qui t’aiment disent de positif sur toi ou se choquent de ce que tu penses de toi-même, c’est difficile de le croire, car ta réalité est différente. 

Une réalité que j’observe, une histoire qui se répète. 

Les nouvelles mamans qui se mettent à trouver leur corps moins attirant : leur corps qui vient de DONNER LA VIE! Elles sont déçues de l’apparence de leur corps. Comment est-ce possible quand ce corps, durant presque un an, a grandi et accouché un être vivant. Comment est-ce que le focus revient sur l’apparence, quand on pourrait tout simplement s’éblouir de ses capacités et sa force?

Ces mêmes nouvelles mamans auront un amour inconditionnel pour leur enfant. Elles chériront et aimeront leur enfant; sans doute plus que leur propre personne. 

Et, en général, les gens trouvent ça normal de s’aimer moins que son enfant.

Ces enfants grandiront. 

Un jour ces enfants, remplis d’amour inconditionnel pour leur maman, prendront une photo d’elle dans leur quotidien. La maman regardera la photo, fera une grimace et la supprimera, car elle n’aimera pas ce qu’elle voit. Dans la perspective de cet enfant, il immortalisait l’image de la personne la plus belle au monde selon lui. En voyant sa réaction, il a appris que ce qu’il trouvait si beau n’était en fait pas si beau selon elle.

Même si cette maman dit à son enfant qu’il est beau, il a reçu une information importante venant d’elle : je ne me trouve pas belle, et c’est acceptable. 

C’est socialement acceptable de trouver son corps et son être inadéquat. Percutant, non?

Peu importe si tu te reconnais, toi ou des personnes de ton entourage, beaucoup ou juste un peu dans cette histoire, auras-tu un nouveau radar qui détectera la façon dont les gens se parlent à eux-mêmes?

Quels mots et pensées sortiront envers ta réflexion dans le miroir T’enverras-tu de l’amour ou te lanceras-tu des pierres?

Ça commencera là, avec toi. Ton propre amour que tu t’enverras tous les jours sera un amour que tu pourras partager sans limite. 

Change ton discours et tu changeras ton expérience. Oui, mais comment? 

Le mois prochain, je parlerai de pleins de petits “comment” pour que cet amour de soi devienne une habitude qui reste, que ça se transmette de génération en génération à travers de petits gestes bien sentis au quotidien.

Steph

Stephanie

Stephanie

Partageant son énergie entre sa famille et sa quête de liberté, Stephanie se décrirait comme une passionné de la vie. De la danse contemporaine, en passant par le yoga, la méditation et le mouvement sous toutes ses formes, elle saura piquer votre curiosité et vous donner envie de vous découvrir. #SAGITTARIUS